Le serpent cosmique et autres mythes – création 2020

Le serpent cosmique et autres mythes

Source d’inspiration dramaturgique : récits mythologiques d’anticipation

Notre source d’inspiration pour imaginer la dramaturgie globale de la création Le Serpent Cosmique et autres mythes provient du roman de science-fiction des années soixante, « Demain les chiens » de Clifford D. Simak. On est alors en pleine guerre froide et l’auteur imagine un futur où, à la suite de la disparition de l’humanité, les chiens ont remplacé les humains et ont évolué vers la parole articulée grâce à des robots que leur avaient fabriqués les humains.

Le roman se présente comme une suite de nouvelles qui sont autant de mythes que se racontent les chiens, avec au cœur de leur cosmogonie la mémoire des humains. Pour l’auteur, ces mythes permettent de questionner la fin de l’humain en regard des avancées et des rêves scientifiques de l’époque, de la guerre nucléaire à l’Éden jupitérien.

C’est cette construction fragmentaire qui traite par le décalage du mythe de questions contemporaines que nous trouvons passionnantes. Nous avons donc choisi plusieurs histoires qui nous permettent d’aborder par le dialogue et la mise en situation une transcendance contemporaine : celle qui nous uni comme être vivant aux algorithmes.

Ces fragments d’une mythologie que nous vivons tous les jours entre nos doigts et nos écrans se traduisent au plateau, via les dispositifs vidéos et scéniques, par différentes situations de jeu pour les deux acteurs, le musicien Lê Quan Ninh et les images de Lionel.

Serpent cosmique Salle EST (c) Lionel Palun

Pour un kaléidoscope du code et du vivant liant textes et images

Cette thématique s’est imposée car elle reflète à la fois la conception de Lionel de sa lutherie numérique et la recherche d’écriture transdisciplinaire d’Isis.

D’une part, Lionel propose un instrument d’image codé informatiquement qui ne prend sens et vie que dans l’interaction avec la matière organique du plateau, la lumière, les voix, les corps, l’espace… Et d’autre part, elle permet à Isis de poursuivre un travail d’adaptation des littératures de l’imaginaire en cherchant comment transposer la puissance fictionnelle de ces œuvres avec les outils du théâtre, qui ont en commun d’interroger, par la représentation et la projection spéculative, notre monde contemporain.

Notre création se place donc à un double niveau d’interrogation :

  • Comment l’interprète transforme les éléments techniques comme autant d’instruments de jeu ?
  • Comment la création d’une nouvelle mythologie peut-elle nous permettre d’appréhender ce nouveau monde numérique ?

Dès lors, nous travaillons sur un montage de textes qui cherche par plusieurs récits à construire cette nouvelle mythologie :

Et si le code se transmettait par le vivant ?

C’est l’hypothèse de l’anthropologue Jérémy Narby dans son ouvrage Le Serpent Cosmique, que nous avons choisi d’adapter sous forme de monologue intérieur à plusieurs voix décrivant l’errance, les intuitions et hallucinations d’un chercheur entraîné dans l’euphorie intellectuelle des corrélations qu’il fait entre les hélices de l’ADN et la vision des serpents entrelacés visible dans toutes les iconographies de l’Égypte Antique aux peintures des amérindiens…

Et si le vivant était réductible au code ?

C’est le futur peu enviable qu’imagine Alain Damasio dans sa nouvelle C@ptch@ où des enfants sont dématérialisés dans l’infosphère en tentant de passer une zone pour rejoindre leurs parents. Sous quel format survivent-ils ? Que reste-il de leur odeur, de leur rire ?

Et si le vivant était un code impénétrable ?

Une biologiste cherche à sauvegarder les données de sa recherche en mettant au point un système de sauvegarde dans le cerveau d’un informaticien à l’insu de celui-ci. La complexité du cerveau humain n’est-elle pas la meilleure forteresse à toute tentative de piratage ?

Voici trois exemples de récits que nous abordons comme autant de mythes contemporains de notre rapport au code et au vivant.

Chantiers Nomades – Hexagone (c) Lionel Palun

Des vidéos de travail sont visibles ici.

Le plateau comme laboratoire de création au service du jeu des interprètes et de l’imaginaire des spectateurs

L‘enjeu théâtral est de mettre ces différentes situations en jeu au plateau. Dans chacune de ces fictions, le spectateur est invité à éprouver le plaisir renouvelé de pénétrer dans un nouvel imaginaire par la force de l’image, le travail du son et la puissance du texte.

Nous considérons le plateau de théâtre comme un laboratoire où tous les instruments de l’expérimentation sont visibles : Lê Quan Ninh malaxe les sons à partir de ses instruments, la régie, les caméras et les écrans de Lionel se déplacent dans l’espace selon les besoins de l’expérience, les acteurs sont tour à tour narrateurs de la fiction et personnages de la situation créée… Dans l’empathie du spectateur face à la fragilité du geste, tous ensemble nous acceptons de croire au-delà de ce que l’on voit et d’entrer dans le hors-champ de l’imaginaire.

Isis Fahmy & Lionel Palun

Creation 2020

Calendrier de la création :
du 19 au 23 novembre 2018 à la salle EST
du 18 au 22 février 2019 à l’Hexagone (Chantier Nomade)
du 3 au 7 juin 2019 à la salle EST
du 2 au 6 décembre 2019 à la salle EST
du 2 au 6 mars 2020 à l’Hexagone
du 20 au 30 avril 2020 à l’Hexagone
du 7 au 25 septembre 2020 à l’Hexagone
du 19 octobre au 4 novembre 2020 à l’Hexagone
Création : les 5 et 6 novembre 2020 à l’Hexagone

Production :
720 Digital
L’Hexagone Scène Nationale Arts Sciences de Meylan
Le Département de l’Isère
autres soutiens et coproducteurs à venir

Diffusion
Alicia Jean-Talon – L’esperluette

Team

  • Lionel Palun

    Video artist
    Born in 1972 in Marseille, France.
    http://www.lionelpalun.com

    Lionel pursued a university education as a physician, qualifying as an engineer at the ENSPG (physics) and obtaining a phd from the UJF (in nano electronics). He worked for 2 years as a teacher and researcher in Grenoble at the LPSC (electronics). Following an encounter with contemporary dance, in particular with the work of the Pascoli company, he branched out into a singular research on the relationship between images and the stage, aiming to make this media an actor in its own right in the performing arts, on a par with dance, texts, sound and lighting.
    Lionel Palun is a co-founder of the Association 720 Digital, a member of Collégiale du 102, a member of the editorial committee of the quarterly magazine Revue & Corrigée and was on the board of directors of CitéDanse for 5 years.
    Since September 2017, Lionel Palun has been an associate artist at the Hexagone Scène Nationale Arts-Sciences de Meylan as part of a three-year residency funded by the Conseil Départemental de l’Isère.

    Duo and Improvisation:
    The core of his present research is a series of duos (generally improvised) that explore possible relationships between images and the other performing arts (Image/Dance, Image/Theatre, Image/Music, Image/Lighting, Video/Film…). The lightness of the duo makes it possible to combine the demands of a refined research with regular encounters with the public. These studies have enabled him to work with artists as diverse as Jérôme Noetinger, Will Guthrie, Riojim, Christophe Cardoen, Delphine Dolce and Dominique Lentin. That is where the alchemy that sustains his work developed.
    Art installations:
    Lionel Palun is regularly invited to present video and sound installations: Condition Publique in Roubaix, Nuit Blanche in Metz, Collectif Brouhaha…
    Video performance: Video performance is a tool for research and creative residencies in situ. It can either be a motor for starting the writing process or proposed as a singular form.
    Video creations:
    for dance and theatre pieces or concerts in collaboration with film directors, choreographers, musicians and collectives (Camel Zekri, Yann Lheureux, Frédéric Tentelier, Broadway, Pascal Mengelle, Cédric Marchal, Anne-Marie Pascoli,…) These video creations (written scores or improvisations) are an opportunity for artists to compare the written compositions of other artists.
    Sound creation: By physically diverting a video signal, he develops original digital tools in order to project the video signal into the speakers …
    Workshops and educational presentations:
    He regularly leads workshops for different audiences: Fine arts students, primary schools (Lumix project with Association Muzzix) and community centres. He also ran a course of mise en scene and an introduction to light images for Kaléidoscope, a project for the Opera de Lyon.
    Software design:
    Besides mastering the professional tools of digital imagery and multimedia, his university education and work led him to developing his own software programme, In Videre for creating and diffusing images. This programme is both a tool for video production and an original instrument for improvisation and video performances.

    Shows and Performances:

    Double Jeu, Sophie Agnel, Lionel Palun, duo piano&vidéo tout public, 2018-…
    Cartographie des oublis, La Barque Théâtre, Frédéric Tentelier,théâtre musical, 2016-…
    Now ∞, Sophie Agnel, Lionel Palun, duo piano&vidéo, 2015-…
    Fast Radio Burst, Patrick Guionnet, Quentin Conrate, Lionel Palun, concert pour postes de radios, 2015-…
    The pipes, the pipes, Donal Dineen, Lionel Palun, Guillermo Carrion, Padraig McGovern, Leonard Barry, Maitiu O Casaide, vidéo, peinture et trio de cornemuses , 2015-…
    La Lobaye, Camel Zekri, Lionel Palun, Prosper Kota, Jean-Pierre Mongoa, Orchy Nzaba, une rencontre avec des pygmées centrafricains, 2014-…
    Zzurfreiheit, Julien Bibard, Jean-Philippe Saulou, Lionel Palun, performance cinéma 16 mm, musique & vidéo, 2014…
    Performance Will Guthrie & Lionel Palun, Festival Pépète Lumière, 2014
    Kezn, Barbara Dang, Lionel Palun, Gordon Pym, interprétation de standards de la musique expérimentale, 2014-…
    ViziX, rencontres entre Lionel Palun et plusieurs artistes du Collectif Muzzix, 2013-…
    Performance Lionel Palun, Guillermo Carrion, Donal Dineen, The Art of Music, 2013
    Ryu, Gilles Laval, Yoko Higashi, Lionel Palun & Marc Siffert, installation jouée d’images et de musique hydrophonique, 2012-…
    Performance Etienne Jaumet, Lionel Palun & The 202s, French Cork Film Festival, 2011
    Performance Solar Bears, Lionel Palun & Guillermo Carrion, French Cork Film Festival, 2011
    Embrasure, Cie Zyriab and Co, musique, poésie & image, 2011
    Superflux, Filmbase, Lafoxe, Metalking, 3 trios autour du cinéma, 2010
    Mire, Alice Predour, Djamila Daddi-Addoun & Lionel Palun, orchestre de tables de mixage vidéo, 2010-…
    Du fond de l’abri, trio Xavier Quérel, Jérôme Noetinger & Lionel Palun, musique électroaccoustique, cinéma & vidéo, 2010
    Palundrome, solo de Lionel Palun, image & son, 2009-…
    Rencontre avec le Quatuor Nun, image et voix, 2009
    Minuit Pile, Cie Comme CaMuriel Piqué, pièce chorégraphique, 2009
    Maki, Culture Ailleurs, spectacle ombre, danse, musique improvisée et traditionnelle, 2009-2010
    Manifestement, Cie Yann Lheureux, pièce chorégraphique, 2009-2012
    Gang plank, Broadway & Quatuor Pli, musique pop & expérimentale, 2008
    AOA, Cie Comme CaMuriel Piqué, pièce chorégraphique, 2008
    Supercolor Palunar, duo Jérôme Noetinger & Lionel Palun, musique électroaccoustique & télévisions, 2008-…
    Filmbase, duo Riojim & Lionel Palun, cinéma 16 mm & vidéo, 2008-…
    No one’s land, Cie Yann Lheureux, pièce chorégraphique, 2008-2009
    Lumière obscure, Culture Ailleurs, spectacle ombre, danse, musique improvisée et traditionnelle, 2008
    Materia Prima, La SailliePascal Mengelle, pièce de théâtre, 2008
    RDV sur le palier, Priviet ThéâtreCedric MarchalTristan Dubois, pièce de théâtre, 2007
    Situations régulières, duo Dominique Lentin & Lionel Palun, musique & vidéo, 2007-2008
    Femmes pré-occupées, duo Christophe Serpinet & Lionel Palun, musique & vidéo, 2006
    Oeil de Bitume Chapitres, Théâtre du chuchotementMinou Wosniak, 2005
    Projet D.I., duo Delphine Dolce & Lionel Palun, danse & vidéo, 2004-…
    L’insatiable K, Cie La SailliePascal Mengelle, pièce de théâtre, 2004-2007
    Le roi se meurt et la basse court, Cie Pascoli, pièce chorégraphique, 2004-2008
    Petites résidences dans les lieux du patrimoine, Cie Pascoli, chorégraphie in-situ, 2004-2007
    La terre à boire, Cie du Jour & Cédric Marchal, pièce de théâtre, 2003
    Et Après ?!, Cie Pascoli, pièce chorégraphique, 2002

    Installations :

    Fresque, Artiste associé au projet EU-Japon Festival, 2015-2018
    Réception-Expédition, Carte Blanche du Non Lieu à La Condition Publique de Roubaix, 2014
    Brume3, Installation en collaboration avec Les yeux d’Argos à L’hybride, Lille, 2014
    Pentaptyque Cannibale, Nuit Blanche de Metz, 2013
    Reflets, Experimenta / Héxagone Scène Nationale de Meylan, Grenoble, 2013
    Maquette vidéo d’un quartier utopique, Centre Social La Rivière, St Etienne, 2012
    Supercolor Palunar, installation pour Electrochoc, Les Abattoirs, Bourgoin-Jallieu, 2011
    Projet D.I., installation pour le festival ONPLMV, Villars Reculas, 2010
    Télévision ultra-locale pour Brou Ha Ha 3, installations à la galerie des Terreaux, Lyon, 2005
    Brou Ha Ha 2, installation collective à l’Usine, St Etienne, 2004
    Brou Ha Ha 1, installation collective à la fabrique, Andrézieux-Bouthéon, 2004

    Ateliers :

    Workshop vidéo et son avec les étudiants des Beaux-Arts de Chalon-sur-Saône, 2014
    Lumix coanimé avec des musiciens du Collectif Muzzix, Lille, 2013-…
    Workshop vidéo et musique coanimé avec Jérôme Noetinger, Espace Culture de l’Université Lille 1, 2012
    Studio Vaduz, workshop avec des étudiants plasticiens et comédiens, Beaux-Arts de Grenoble & Conservatoire de Grenoble, 2011
    Superstream, workshop avec le Stream Collective, Mechanics Institute in Brunswick, Melbourne, 2011
    Ecole du spectateur, immersion d’élèves d’écoles primaires dans le dispositif de Projet D.I., Espace 600, 2010
    Ateliers vidéo pour la Cie Mangeurs d’étoiles, Villars de Lans, 2010
    Hybridation, atelier de Projet D.I. avec des adultes handicapés, CAV, APF, AFIPAEIM, 2009-2010
    Animation d’un workshop vidéo, le 102, 2009
    Melissa, mise en scène pour l’Opéra de Lyon dans le cadre du projet Kaléïdoscope, 2008
    Joëlle Colombani & adolescents des centres sociaux La Rivière et Valbenoîte, St Etienne, ateliers théâtre et représentations, 2007-2008
    Silence on tourne, comedie musicale créee avec Théâtre de la Renaissance et les classes de la ville d’Oullins, 2007
    Animation d’atelier pour Les mauvaises herbes, 2007
    Télévision ultra-locale, atelier et installation vidéo avec la Commune de Vif et Minou Wosniak, 2007

  • Isis Fahmy

    Metteure en scène / et Dramaturge

    Diplômée de Sciences Po Aix, après une licence en  Esthétique à  Panthéon-Sorbonne, Isis Fahmy obtient le diplôme Master Mise en Scène de La Manufacture – Haute école des arts de la scène à Lausanne, avec la présentation d’Oscillation[s] au Théâtre de Vidy en 2014.

    En janvier 2016, elle met en scène Louise Augustine de Nadège Réveillon dans le cadre du ≪ Sloop 2- GRRRRLS Monologues ≫ au POCHE /GVE.

    Depuis 2011, elle  a collaboré comme assistante à la mise en scène et/ou dramaturge avec Pierre Guillois, Thomas Condemine, Gian Manuel Rau, Fabrice Gorgerat, Maya Bösch et Guillaume Béguin. Dernièrement, elle a assisté Stéphane Braunschweig pour la création de « Macbeth » à L’Odéon-Théâtre de l’Europe.

    En 2015, elle fonde la compagnie [IF] en Suisse Romande pour développer ses propres projets, notamment avec Kairo[s] (2014-2018) qui se fonde sur des recherches sonores effectuées au Caire dans le cadre d’une résidence Pro Helvetia en 2016 et prend la forme de diverses installations conçues avec Benoît Renaudin.

    Cette saison (2017/18) Grande-Place Kairo[s] a été créé au Festival Nouveau Cinéma de Montréal et Kairo[s] Party au Théâtre Saint-Gervais de Genève.

    Un nouveau projet Horde[s] (2016-2019) inspiré du roman La Horde du Contrevent d’Alain Damasio est en cours de création pour lequel l’Etat de Vaud et la Ville de Lausanne lui ont attribué la « Bourse de compagnonnage théâtral 2017/2019 ».

  • Nicolas Fine

     

    Nicolas Fines est comédien.
    Après 2 ans de cours dans les conservatoires d’arrondissement à Paris il est rentré à l’ENSATT, (école nationale des arts et techniques du théâtre) ancienne rue blanche, en 1997, pour 3 ans.Il y a entre autres suivi les enseignements de Nada Strancar et Alain Knapp.

    Nicolas Fine

    Théâtre

    Chaise, Edward Bond, Medhi Belahouane
    Blue Lagon Social Club, Perrine Gerard, Yann Lheureux
    Sous l’armure, Catherine Anne, Lucile Jourdan
    Le sable dans les yeux, Bénédicte Couka, Lucile Jourdan
    Les saisons de Rosemarie, Dominique Richard, Lucile Jourdan
    Vestiaires, Nino d’Introna, Michel Belletante
    Le monologue d’Adramelech, Valère Novarina, Thomas Poulard
    Chute libre, Machupichu, Machupichu
    Exit, Sonia Willi, Anne Monfort
    Champ Harmonique, Lieux Publics, Pierre Sauvageot
    Monsieur chasse, Georges Feydeau, Aline César
    Embouteillage, Anne-Laure Liégeois, Anne-Laure Liégeois
    Temps de chien, Emmanuel Robin, Emmanuel Robin
    Les étreintes, Philippe Faure, Philippe Faure
    Barrabas, Calderon, Quatuor Debussy
    Loteries, Sarah Fourage, Marie-Sophie Ferdane
    Une seconde sur deux, Sarah Fourage, Marie-Sophie Ferdane
    Grand et petit, Botho Straus, Grégoire Monsaingeon
    Répétition publique, Enzo Corman, Claudia Stavisky
    Ingolstadt, Marie-Louise Fleisser, Philippe Delaigue
    Tania Tania, Olga Moukhina, Sergei Isaev

    Cinéma et télévision

    Délicieux, Eric Besnard
    C’est magnifique, Clovis Cornillac
    Tandem, France 2
    Pblv, France 3
    Mental, France 2
    Un homme parfait, M6
    Cassandre, France 3
    Insoupçonnable, TF1

    Court métrage

    Mon oncle, Tommy redolfi, France 2
    Laszlo, Nicolas Lemee, ARTE
    La cicatrice, Juliette Soubrier, La FEMIS
    L’auto, Nicéphore Tsimbidaros, Le GREC
    Le monde a l’envers, Julien Reninger, Tutles Films
    Le crissement des cailloux, Andréa Salajovna, Gantier
    L’odysée de l’espèce, Nicolas Goetschel, Ductio Prod

    Réalisation

    Sortie de route, Production Temps noir, Prix de la mise en scène au Festival Libre Court
    Megalo camion, In paradisum, Duo, Pourquoi pas, On dirait, Autoproductions.

  • Lê Quan Ninh

    Percussioniste
    Né à Paris en 1961

    Lê Quan Ninh (c) Lionel Palun

    Lê Quan Ninh commence l’étude du piano dès l’âge de cinq ans puis c’est à l’adolescence qu’il débute des études de percussion. Il entre à seize ans au Conservatoire National de Région de Versailles dans la classe de Sylvio Gualda. Quatre ans plus tard, en 1982, il y obtient le Premier Prix. Parallèlement à ces études, il manifeste très tôt un grand intérêt pour l’improvisation qu’il peut découvrir lors des nombreux concerts organisés à Paris et en région parisienne à cette époque.

    Sorti du conservatoire, il va enseigner trois ans la percussion au Conservatoire de Bondy et commence à jouer dans divers ensembles de musique contemporaine et au sein de compagnies de théâtre et de danse. Il persiste pourtant à se diriger en autodidacte vers l’improvisation libre. Plusieurs rencontres l’encouragent à travailler dans cette voie : le guitariste Jean-Christophe Aveline, le clarinettiste Misha Lobko et le saxophoniste Daunik Lazro dont il est un fervent admirateur depuis sa découverte lors d’un hommage à Charlie Parker organisé par le photographe Horace à Paris en 1979 et au cours duquel Daunik intervient avec violence et lyrisme.

    Ensemble ils travaillent à Blois au sein de la Compagnie du Hasard de Nicolas Peskine. C’est lors d’une tournée en Pologne en 1986 que la rencontre se fait avec le saxophoniste Michel Doneda. Ce trio continuera son existence en dehors de la compagnie, donnera de nombreux concerts à travers l’Europe avant de devenir plus tard les Diseurs de Musique avec la présence du poète Serge Pey.

    Depuis 1986, il est l’un des membres du Quatuor Hêlios, ensemble de percussion principalement engagé dans la création d’œuvres nouvelles mêlant percussion, théâtre musical et technologies nouvelles.

    En 1987, Lê Quan Ninh fait la rencontre du contrebassiste Peter Kowald lors du festival Free Music à Anvers et c’est deux ans plus tard que celui-ci l’invite à participer à plusieurs Global Village, formations composées d’improvisateurs de différentes cultures : Kazue Sawai, Sainkho Namtchylak, Seizan Matsuda, Zeena Parkins, Junko Ueda, Ishii Mitsutaka, Leo Smith, Savina Yanatou, India Cooke, Xu Feng Xia, Werner Lüdi, Gunda Gottschalk, …

    A partir de cette même époque, il participe à plusieurs Conductions de Lawrence “Butch” Morris (à Kassel, Istanbul, Verona, Manich, Sevilla, …) dont certaines seront éditées en CD.

    Depuis, il participe à de très nombreuses rencontres en Europe et sur le continent américain et joue en formations régulières dans des formes où se mêlent musique acoustique et électroacoustique, poésie, performance, actions, cinéma expérimental, photographie, vidéo…

    De 1992 à 2002, il est membre fondateur de l’association La Flibuste, qui organisera près de 140 actions artistiques en région toulousaine et ailleurs. Il sera membre également de Ouïe/Dire attachée à la réalisation de phonographies, des enregistrements prenant en compte non seulement l’instrumentiste mais aussi le lieu dans lequel il évolue.

    La rencontre en 1993 avec George Lewis, à l’occasion de la commande du Quatuor Hêlios d’une œuvre pour informatique musicale interactive, est le départ d’un travail avec l’outil informatique. Plusieurs expériences de programmation sont réalisées en direction de l’interaction entre l’instrument acoustique et l’ordinateur dans l’improvisation ainsi que l’écriture de la pièce Oscille dont le premier mouvement est créé en 1997 par le Quatuor Hêlios au Center for Research in Computing and the Arts de l’université de San Diego (Californie) et la pièce entière, composée de trois mouvements, sera créée au festival Sons d’Hiver en 1998. En collaboration avec le mathématicien Philippe Besse, il réalise 18h22 une installation basée sur les Vexations d’Erik Satie qui met en œuvre deux ordinateurs permettant la spatialisation mouvante sur six haut-parleurs de la pièce pour piano de Satie (celle ci “devant se jouer 840 fois de suite” selon les mots du compositeur) et la substitution pixel par pixel du visage de ce dernier par celui de John Cage (et vice versa).

    Ayant toujours eu une relation particulière avec la danse du fait qu’il a commencé  à improviser très tôt pour les besoins d’un cours de danse que donnait une amie chorégraphe, Lê Quan Ninh privilégie les rencontres avec les danseurs. Dans ce sens, il travaille actuellement avec Clara Cornil Iwana Masaki, Valérie Métivier, Nakamura Yukiko, Michel Raji, Pascal Delhay, Olivia Grandville, Franck Beaubois et Patricia Kuypers. Il donne régulièrement des ateliers avec la danseuse et pédagogue Kirstie Simson.

    En 2000, il imagine les deux premiers projets intitulés Umwelt, une série de spectacles inspirés entre autres par les travaux de l’éthologue Jakob von Uexkel dans laquelle la cohérence artistique provient non d’une direction ni d’une volonté spectaculaire mais de l’autonomie de chaque participant mettant en relation sa propre perception du réel à travers les outils qui sont les siens.

    En 2003, il est artiste en résidence dans la ville de Bienne en Suisse invité par l’Office de la Culture du Canton de Berne. Cette résidence lui permit de rencontrer des artistes suisses tel(le)s que les musicien(ne)s Charlotte Hug, Daniel Erismann, Katrin Scholl, Pierre Eggimann, Philippe Krattli, Christian Wolfarth, Tomas Korber, Roland Hausheer, Christian Maller, Gaudenz Badrutt, Claudia Binder, Jacques Demierre, Franziska Baumann, Gilles Schwab, Hans Koch, Martin Schütz, Dorothea Scharch, Jarg Solothurnmann, Lu Ying-Ying, Franz Aeschbacher, Hans Anliker, Christoph Zimmermann, Marianne Anliker, Gilles Aubry, … les danseuses Katharina Vogel, Sophie Dubrocard et la Compagnie du Quotidien, les vidéastes Maté Colin et Michael Egger, etc…

    En 2006, il créé avec la violoncelliste Martine Altenburger l’ensemble Hiatus, un ensemble de musique contemporaine dont ses membres sont à la fois interprètes et improvisateurs.

  • Christelle Legroux

    Christelle Legroux est comédienne

    Christelle Legroux

    ETUDES

    1988 : Baccalauréat A2 Lettres et Langues (mention Bien)
    1989 :Hypokhâgne, Lettres Supérieures Classiques, Lycée Chateaubriand, Rennes

    FORMATION

    1989-91 : Conservatoire National de Région de Rennes 1991-92 : Ecole du Théâtre National de Bretagne
    1992-95 : Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique, Paris

    TRAVAUX D’ATELIER

    Georg-Maria PAUEN, Anatoli VASSILIEV, E .NECROSIUS, Pascal RAMBERT, Catherine EPARS, Maya BOESCH, Jacques TARON! et Claudine GALEA, Pierre MEUNIER, Y-N GENOD, Philippe SIREUIL, J-F SIVADIER, Lilo Baur, J-Y RUF, Lionel GONZALEZ

    THEATRE

    1995-96 :Trilogie des « GIBIERS DU TEMPS », de DG GABILY, mise en scène : DG GABILY 96-97 : « TOHU ET BOHU », de Manuela MORGAINE, mise en scène : Thierry ROIZIN
    1997-98 : « PHEDRE, DE L’AMOUR », de RACINE-E.DURIF, mise en scène : Eric LACASCADE
    1997-98 : « LAS BRUTAS », de Juan RADRIGAN, mise en scène : Rodrigo PEREZ 99-01 : « IVANOV », de A.TCHEKHOV, mise en scène : Eric LACASCADE
    1999-01 : « LA MOUETTE » de A .TCHEKHOV, mise en scène : Eric LACASCADE
    1999-01: « CERCLE DE FAMILLE POUR TROIS SŒURS », d’après A .TCHEKHOV, mise en scène : Eric LACASCADE
    2002-03 : « PLATONOV », de A.TCHEKHOV, mise en scène : Eric LACASCADE (créé en juillet 2002, Cour d’honneur du Palais des Papes, festival d’Avignon
    2003-04 : « STABAT MATER FURIOSA », de J .P SIMEON, mise en scène : Cendre CHASSANE
    2003-04 : « LE MARIAGE DE FIGARO », de BEAUMARCHAIS, mise en scène : G. ROUVIERE
    2004-05 : « LA CONQUETE DU POLE SUD », de Manfred KARGE, mise en scène : D. SAINT MAXENT
    2005-06: « HOW » d’Anisia UZEYMAN, mise en scène :Anisia UZEYMAN
    2005-06 : « LES BARBARES » de Maxime GORKI, mise en scène : Eric LACASCADE (créé en juillet 2006 au Festival international d’Athènes, puis dans la Cour d’honneur du Palais des Papes, festival d’Avignon)
    2006-07 : « LES BARBARES » de Maxime GORKI, mise en scène : Eric LACASCADE, tournée Animation d’un stage pour amateurs autour de « L’INCONNU NO 5 », d’Armand GATTI, Théâtre du Peuple, Bussang
    2007-08 : « CONFIGURATION HMl », autour de textes d’Heiner MULLER, mise en configuration : Josef SZEILER
    2008-09 : « SABLE ET SOLDATS » d’Oriza HIRATA, mise en scène : Oriza HIRATA 08-09 : « DEFICIT DE LARMES » de Sofie KOKAJ, mise en scène : Maya BOESCH
    2009-10 : « LES ESTIVANTS » de Maxime GORKI, mise en scène : Eric LACASCADE
    2009-10 : « SABLE ET SOLDATS » d’Oriza HIRATA, mise en scène : Oriza HIRATA, tournée au Japon
    2011-12 : « J’EMBRASSE LE MONDE » d’Anne PERRIN, mise en scène Anne PERRIN
    2013-14 : maquette « VICTOR OU LES ENFANTS AU POUVOIR » de Roger VITRAC, mise en scène : Frédéric POINCEAU, Marseille, Friche Belle de Mai
    2013-14 : maquette « BAAL » de Bertolt BRECHT, mise en scène : JeanPhilippe ALBIZZATTI, Théâtre de Vanves, festival ARDANTHE, festival PRELIMINAIRES, PASSEZ A L’ACTE
    2015 : « VICTOR OU LES ENFANTS AU POUVOIR » de Roger VITRAC, mise en scène
    Frédéric POINCEAU, La Criée, Marseille
    2016 : « UN CONTE CRUEL» de Valérie Poirier, mise en scène Martine PASCHOUD, Prod.
    Comédie de Genève, Théâtre de Poche, Genève
    2017-18 : « LES BAS-FONDS « de Maxime Gorki, mise en scène Eric LACASCADE, prix du Syndicat de la Critique du meilleur spectacle de la décentralisation
    2018 : « Le choeur actif », animation d’un atelier pour pédagogues et amateurs, Laval
    2018 : festival international de Sibiu, Roumanie ( juin ), «  Les Bas-Fonds « de Gorki, m-e-s E. Lacascade
    2018 : festival international, théâtre Pouchkine, Moscou, « Les Bas-Fonds « de Gorki, m-e-s E. Lacascade

    CINEMA

    1995 : « NITRATE D’ARGENT », réalisation : Marco FERRERI
    2009 : « LE PRINCIPE D’INCERTITUDE », réalisation : Michel DEUTSCH
    Divers courts-métrages

    TELEVISION

    2012 : « DAVID ET LA MORT DE MARAT », documentaire-fiction, réalisé par Martin FRAUDREAU pour ARTE

    RADIO

    1995 : « LES CHANSONS DE BILITIS » de Pierre LOUYS Claude DEBUSSY, récitante ; « Les nouveaux interprètes », France Culture ; Salle Gaveau
    2010 : « CISEAUX A VOLAILLES » de Fausto PARAVIDINO ; mise en espace : Eric LACASCADE ;
    réalisation : Jacques TARONI ; Théâtre des Abbesses, France Culture
    2012 : « DANS L’INTIME D’UNE FICTION RADIOPHONIQUE », atelier des Chantiers
    Nomades, en partenariat avec France Culture, intervenants : Jacques TARONI, réalisateur ; Claudine GALEA, auteur
    2012 : « COMMUNIQUE NO 10 » de Samuel GALLET, réalisation : Jean Philippe ALBIZZATTI, Marguerite GATEAU, « La radio sur un plateau « , Théâtre Ouvert – France Culture

    ASSISTANTE  COSTUMIERE

    2011 : « TARTUFFE » de MOLIERE, mise en scène : Eric LACASCADE ; création costumes : Marguerite BORDAT