Parcours d’écriture dans les lieux du patrimoine

La Compagnie Pascoli propose un projet de création qui s’articule autour d’un parcours d’écriture chorégraphique dans plusieurs lieux du patrimoine en Isère. Au centre de ce parcours d’écriture, processus de création itinérant et ouvert et à partir des premiers matériaux rencontrés, une phase de travail – source de maquettes et matières entre l’automne 2003 et l’ hiver 2004-, concrétisera la réalisation de la pièce chorégraphique : « Le Roi se meurt et la Basse court » (co-production avec l’Espace d’Art Contemporain de Morsang sur Orge, Essone).

 

Ce parcours, décliné entre avril 2003 et juin 2004, amène l’équipe (4 danseurs, 1 comédien-danseur, 1 musicien, 1 vidéaste, 1 technicien) à résider une semaine dans chaque lieu.

Lors de ces pérégrinations dans les différents lieux, sera élaborée une écriture artistique singulière, en adéquation sensible avec l’esprit de ce lieu, son architecture, son histoire, son actualité, son présent.

La Compagnie proposera de petites formes chorégraphiques, matières de corps, matières d’images (travail de captation vidéo) et matières sonores (musicien live), ainsi que des lectures démonstrations afin de confronter l’écriture chorégraphique à des architectures ou des expositions particulières, et faire se rencontrer les publics les plus divers.

En effet, au sein de chaque résidence, l’équipe désire ouvrir ce travail aux populations locales, groupes scolaires, associations… lors de ces lectures démonstrations ou répétitions publiques, propices à la découverte de l’art chorégraphique et à un autre regard sur les lieux investis. Au terme de cette semaine de résidence dans chaque lieu, une présentation du travail élaboré sera programmée, en journée ou en soirée (selon les lieux).

Dans cette démarche s’inscrit une volonté artistique affichée : celle d’une nourriture réciproque entre recherche chorégraphique et richesse des lieux investis dans leur dimension historique et leur réalité actuelle. Une démarche qui questionne et propose des rapports aux publics, différents de ceux habituels aux lieux de diffusion classique : confrontations et rencontres publiques dès les prémices du travail de recherche, ouverture et regards sur les processus de création au sein d’échanges réguliers.

L’ensemble de ce projet trouve sa cohérence dans la force du fil conducteur qui reliera toutes ces manifestations entre elles : territoire et patrimoine, création chorégraphique et spectacle vivant, interactivité régulière avec les publics rencontrés, sollicités, conviés.

 

> MAQUETTE N°1 – Musée de Bourgoin Jallieu (38) du 7 au 13 avril 2003

> MAQUETTE N°2 – Musée Dauphinois – Grenoble (38) du 16 au 22 juin 2003

« Maquette n°2 » est, après le Musée de Bourgoin-Jallieu, la deuxième étape du parcours d’écritures chorégraphiques de la compagnie dans les lieux du patrimoine. Danse, images et musiques sont convoqués comme autant de révélateurs sensibles de l’architecture et de l’histoire des lieux. Le public est convié à partager cette expérience poétique du corps patrimoine vivant, mémoire d’avenir.

> MAQUETTE N°3 – Musée de l’Ancien Evêché – Grenoble (38) du 12 au 18 avril 2004

Installé dans l’ancien palais des évêques (XIIIème siècle), le Musée de l’Ancien Evêché invite à la découverte de l’histoire et du patrimoine régional. Dans les étages, l’exposition permanente offre un parcours chronologique sur l’histoire de l’occupation humaine en Isère, de la Préhistoire à  nos jours, tandis que le sous-sol donne accès à un site archéologique exceptionnel présentant les vestiges de la ville antique de Cularo, et du baptistère des premiers temps chrétiens de la cité.

Le patrimoine et l’histoire côtoient le monde contemporain au gré des aménagements architecturaux et muséographiques.

Invitée à séjourner dans ce site historique installé au cœur du centre-ville, la Compagnie Pascoli propose de découvrir ou re-découvrir le musée à l’aune d’une sensibilité et d’un regard différent. Au terme d’une résidence d’une semaine dans ces lieux, les chorégraphes offriront au public une visite du site originale, accompagnée et guidée par des artistes : danseurs, musicien, vidéaste ; femmes et hommes, préoccupés de l’espace, du mouvement, de la sensibilité et de l’harmonie.

> MAQUETTE N°4 – Village de Mens (38) du 9 au 15 mai 2004

Adossé à la chaîne de l’Obiou, Mens est un gros bourg ramassé autour de son ancien quartier de forme ovale qui rappelle d’anciennes fortifications. Situé au cœur du Trièves, il a conservé une urbanisation homogène et un patrimoine préservé.

En investissant le cœur historique de Mens où sont rassemblés les éléments les plus représentatifs de son patrimoine, les danseurs, musicien et vidéaste de la Cie Pascoli nous proposent de porter un regard nouveau sur son patrimoine et son histoire.

L’espace investi se situe autour de la place de la halle, bordée par des maisons très représentatives de l’architecture urbaine du Trièves. Sur la place se trouvent la halle, témoin de l’importante activité marchande du bourg et une fontaine, identique à celles construites sur les deux autres places de Mens. Trois édifices qui donnent sur cet espace seront aussi mis en valeur : l’église et le temple qui témoignent de la présence continue des deux religions chrétiennes à Mens et le Musée du Trièves qui évoque le patrimoine de ce territoire.

En inventant au cœur de Mens sa quatrième « maquette », la Cie Pascoli nous invite à une rencontre insolite entre patrimoine et création contemporaine.

>MAQUETTE N° 5 – Musée Matheysin – La Mure (38) du 5 au 10 juillet 2004

> MAQUETTE N°6 – Portereaux – Etampes (91) – du 21 au 23 mai 2004

> MAQUETTE N° 7 – Village de Grigny (91) – du 25 au 29 mai 2004

> MAQUETTE N° 8 – Parvis de l’Hôtel de ville – Epinay-sous-Sénart (91) – du 1er au 4 juin 2004

Désirant se rapprocher du cœur de la province du Dauphiné qu’ils administrent, les dauphins du Viennois abandonnent leur forteresse de Cognet pour construire à La Mure un château au début du XIIème siècle.

Détruit en partie pendant le siège de La Mure en 1580, on s’accorde à penser que l’actuelle maison Caral, construite au début du XVIIème siècle, est située sur l’emplacement de ce château.

Installé dans cette maison historique, le Musée Matheysin retrace l’histoire de la Matheysine. Ce pays de montagne, situé à 900 mètres d’altitude, habité sans doute depuis la préhistoire, a été à plusieurs reprises le témoin d’épisodes historiques importants. Mais la Matheysine est riche d’un tout autre patrimoine. Dans ce pays de tradition rurale, les habitants ont longtemps exercé une double activité : agriculteurs, éleveurs, ils se sont faits colporteurs, gantiers, cloutiers puis mineurs.

A l’issue d’une semaine de déambulation, d’interprétation, et de composition, la Compagnie Pascoli proposera une écriture chorégraphique particulière, une lecture contemporaine et sensible du Musée.

Musée Saint-Antoine l’Abbaye (38) : du 23 au 29 mai 2005 :

Cette résidence est conçue comme un parcours, du parvis de l’église vers la cour du musée, puis dans les espaces muséographiques, danseurs, musicien et vidéaste emmèneront le public dans une découverte sensible de ces lieux.

L’architecture, les œuvres exposées, le tracé de l’histoire seront autant d’éléments contés, transformés par les artistes et offerts au public à travers des danses aux couleurs toutes particulières, membranes révélatrices de l’esprit de ces lieux.

 

Musée Hébert – La Tronche (38) : du 9 au 14 mai 2005

Suite de petites chorégraphies créées pour le Musée Hébert Duckerman, espaces intérieurs et jardin. Architecture et histoire du lieu sont les partenaires intimes de cette création chorégraphique.

Nous avons choisi comme lien d’écriture et fil sensible de cette suite de danses les fulgurances du corps amoureux.

 

Domaine Départemental de Chamarande : du 11 au 17 juillet 2005

 

Musée Gallo-Romain de Fourvière: Du 9 au 14 mai 2006

 

 

DISTRIBUTION
Direction artistique : Anne-Marie Pascoli
Danse : Delphine Dolce, Nicolas Hubert, Akiko Kajihara et Fred Labrosse
Musique : Patrick Reboud et Alain Lafuente
Image : Lionel Palun
Création lumière et régie : André Parent
Objets scénographiques et costumes : Anne-Sophie Dubourg
Construction : Ateliers de construction de la Ville de Grenoble

Création 2003

Projet du Parcours d’écriture chorégraphique dans les lieux du patrimoine isérois d’avril 2003 à juin 2004. En partenariat avec le Conseil Général de l’Isère et la Conservation du Patrimoine de l’Isère.

Presse

  • Le Dauphiné Libéré - 25 Mai 2004

    Un vidéaste inspiré

    Lionel Palun est vidéaste et travaille essentiellement pour le spectacle vivant (danse, théâtre). Depuis plus de trois ans il collabore avec la compagnie Pascoli. « Nous sommes vraiment en symbiose » a-t-il confié.

    Lionel a participé à la résidence mensoise et en a tiré de très belles images. Il a expliqué : « ma proposition était de travailler dans la rue, que chaque danseur fasse un solo en se racontant la même histoire. Ces solos ont été doublés pour un contre champ. Avec les 5 soli j’ai cherché comment travailler la trace. Les lieux s’y prêtent bien. J’ai choisi un monochrome noir. J’ai ensuite co-écrit une danse avec les 5 soli qui se répondent très bien. J’apporte la dimension du temps dans leur rencontre dans l’espace ».

    Un excellent travail de montage donne l’illusion d’une danse exécuter en même temps par les danseurs. Et sur l’écran la rue a pris le relief d’un décor de cinéma, une esthétique particulière hors du temps. Lionel a précisé : « ce travail n’a été possible qu’en restant en résidence. Cela n’a un sens que parce que c’est dans cette rue à Mens. Il y a une profonde imprégnation du lieu. Mon désir est d’amener un nouveau regard sur des lieux connus ». Paris gagné. Du reste l’ensemble du spectacle a apporté un regard neuf, étonné, séduit sur la danse contemporaine, son union avec l’image et la musique.

    Anne-Marie Pascoli a vécu la résidence « comme un vrai moment de bonheur avec un travail intense et très chaleureux. Toute l’équipe a eu beaucoup de plaisir a être ici. Ce lieu est inspirant ».

    F.M., Le Dauphiné Libéré, 25 Mai 2004, p. 12


Équipe

  • Anne-Marie Pascoli

    ANNE-MARIE PASCOLI
    Chorégraphe

    Depuis 30 ans, au sein d’une équipe de création pluridisciplinaire, Anne-Marie Pascoli a créé une vingtaine de chorégraphies pour la scène et une quarantaine de créations « In Situ » et performances, dans des musées, espaces publics, lieux du patrimoine. Ces créations sont l’expression d’une recherche et d’une expérience longue, précise, et en groupe, sur les différents modes d’écriture chorégraphique, sur l’improvisation, la composition instantanée, et la transmission.

    Dès l’origine elle associe un cursus complet en danse classique au conservatoire et des études de biologie. Puis sa formation en danse contemporaine se décline entre la France et les Etats Unis, elle obtient en parallèle un DE de Psychomotricité à Lyon. Dès ses premières réalisations chorégraphiques elle est amenée à rencontrer, étudier et rendre disponibles, des pratiques somatiques croisées telles que : Eutonie, Méthode Feldenkrais, Tai Chi, physiologie et analyse du mouvement, approche du Body Mind Centering. Ces dernières années elle suit un cursus de cinq années de formation à Paris et vient d’être diplômée Ostéopathe DO. C’est autour d’un intérêt profond pour l’état de création propre à l’humain, dans sa potentialité novatrice et humaniste, que s’organisent l’évolution et la maturation de son travail ; Toujours au service du mouvement dansé, et plus largement de « l’être en mouvement ».

    Aujourd’hui, riche d’une véritable expérience artistique et de ses complémentarités, elle développe de concert, créations, transmissions, et recherches. Au sein des stages et des formations elle propose un accompagnement dans le mouvement dansé où la création du « soi en relation » est au centre de toute pratique. La richesse de cette approche permet de répondre aux besoins d’une grande diversité de personnes, artistes professionnels ou non, quelque soit le moment, le niveau, et la spécificité de leur pratique respective. Ses créations modulent un champ de croisements scènes/hors scènes, transmission/recherche, accompagnement/soin, reflets de la singularité et de la cohérence de sa démarche.

    Intervenante dans divers lieux de formation artistique tels que la Comédie de St Etienne, le compagnonnage du NTH8 à Lyon, les Universités de Grenoble, Lille et l’Université danse du Québec à Montréal…

  • Delphine Dolce

    Après avoir effectué une formation en danse classique et contemporaine de 1984 à 1994 au Conservatoire National de Région de Grenoble, Delphine Dolce suit une formation universitaire en langues et en géographie.

    C’est pendant son DEA sur les territoires de montagne qu’elle croise le travail d’Anne-Marie Pascoli, dont elle rejoindra la compagnie en 2000, après une année de formation.

    Entre temps elle est également interprète sur la création « Certains plus que d’autres » de la compagnie 47-49 (François Veyrunes).

    Depuis 2000, elle danse dans toutes les créations de la compagnie Pascoli, « Et après ?! » (2001), « Matières denses » (2002) et « Matières instables » (2003), « Le Roi se meurt et la Basse court » (2004) et « Moderato Forte » (2007). Mais elle s’investit également dans les projets hors scène de la compagnie, dans le « parcours d’écritures chorégraphiques dans les lieux du patrimoine » en Isère, Région Rhône-Alpes, Essonne et Bretagne.

    Depuis 2006 Delphine Dolce est également assistante chorégraphe au sein de la compagnie.

    En parallèle elle ménage des temps de rencontre et de présentation publique avec des musiciens improvisateurs, travaille en tant qu’assistante sur la réalisation de pièce de théâtre, et lance le duo Projet DI en 2004 avec Lionel Palun.

    En 2007 elle travaille également sur deux créations du collectif MAKI : « Lumières obscures » à l’Usine de St Etienne et « Orients » dans le cadre des 38èmes Rugissants à Grenoble.

    Elle se forme au Tai Chi et mène également un travail pédagogique depuis 2000 auprès des écoles, lycées, IUFM, Universités mais également en tant qu’intervenant au sein d’écoles de danse.

  • Akiko Kajihara

    Akiko est une danseuse japonaise installée en France depuis 1996. Akiko commence la danse moderne et classique à Tokyo, au Japon, à l’âge de sept ans.

    Après avoir fait des études d’éducation physique à l’Université Tsukuba au Japon, elle rentre en 1993 au Laban Centre de Londres et intègre la Transitions Dance Company où elle travaille avec plusieurs chorégraphes (A. Miller, Y. Snaith, L. Agiss & B. Cowie, A. Ahn et B. Cratty).

    En 1996, elle rejoint la Compagnie Pascoli en tant qu’interprète. Depuis, elle a participé à une dizaine de créations scéniques ainsi qu’à presque toutes les créations in situ d’Anne Marie Pascoli.

    Parallèlement, elle développe des collaborations avec d’autres compagnies telles que la Cie Epiderme, la Cie Illico, la Cie Christiane Blaise, la Cie Lanabel, la Cie Adrien M/Claire B., etc…

  • Nicolas Hubert

    Nicolas Hubert, chorégraphe

    Initialement formé aux arts plastiques (diplômé de l’École Supérieure des Beaux-Arts du Mans en 1996), Nicolas Hubert est alors également percussionniste dans un groupe de rock. Il est remarqué sur scène en 1995 par la chorégraphe Marie Lenfant, qui l’initie à la danse contemporaine et l’intègre dans sa compagnie, où il participera à sept créations, de 1996 à 2002. Il se forme parallèlement à la danse contemporaine, classique, contact-improvisation, composition instantanée, arts martiaux (aïkido, capoeira) auprès de nombreux enseignants.
    Il danse ensuite dans plusieurs autres compagnies en France et à l’étranger :
    Hervé Robbe / Centre Chorégraphique National du Havre, Cie Michèle Noiret (en collaboration avec les Percussions de Strasbourg, pour la création Les Arpenteurs), Cie Linga, Cie Pascoli, Cie Vilcanota, Cie Gambit, Cie S. Guillermin, Cie les corps parlants-Mathilde Monfreux, Cie Hervé Koubi… Il participe aussi à des performances d’improvisation au sein du projet Container (2003 à 2009) de l’ASBL Transition (Patricia Kuypers & Franck Beaubois).
    Titulaire du Diplôme d’Etat de professeur de danse contemporaine depuis 2006, il se consacre régulièrement à l’enseignement (CND de Lyon, CCN de Rillieux la Pape, CNSMD de Lyon, Pacifique CDCN de Grenoble, CCN de Grenoble…).
    Après un premier solo en 2000, Le fond de l’air effraie…, il fonde la Compagnie épiderme en 2002. Chacune des pièces met en relation une écriture chorégraphique avec un univers scénographique spécifique, et la dimension physique de la danse est indissociable de la dimension plastique de la scénographie.
    Il se joue aussi une mise en relation directe de la danse avec la musique, par des créations originales jouées par les musiciens sur scène : Ritournelle (2004), Métaphormose(s) (2007), Slumberland (2009), Work in regress (?) (2011), (re)flux (2012 – prix du public au concours [re]connaissance), Circonférence (2013), la crasse du tympan (2015), saisons f(r)ictions (2017)…

  • Lionel Palun

    Electro-vidéaste
    Né en 1972.
    http://www.lionelpalun.com

    Il a un parcours universitaire de physicien : ingénieur de l’ENSPG (Physique) et docteur de l’UJF (nanoélectronique). Il a travaillé 2 ans comme enseignant chercheur à Grenoble au LPCS (électronique).  Après une rencontre avec la danse contemporaine et en particulier le travail de la Cie Pascoli, il bifurque vers une recherche singulière autour du rapport entre l’image et la scène, visant à faire de ce média un acteur à part entière du spectacle, au même titre que la danse, le texte, le son ou la lumière.
    Lionel Palun est co-fondateur de l’association 720 Digital, membre du comité de rédaction du magazine trimestriel Revue & Corrigée et a été membre de la collégiale du 102 et membre pendant 5 ans du conseil d’administration de CitéDanse.
    De 2015 à 2017 il a été en résidence à l’Atelier Arts Sciences à Grenoble dans le cadre du projet H2020 Europe-Japon Festival.
    Depuis septembre 2017, Lionel Palun est artiste associé à l’Hexagone Scène Nationale Arts-Sciences de Meylan dans le cadre d’une résidence de 3 ans financée par le Conseil Départemental de l’Isère.

    Professionnel dans le spectacle vivant depuis 2001, il travaille l’image numérique sous ses aspects les plus divers :
    Duo et Improvisation. Le cœur de sa recherche actuelle est une série de duos (généralement improvisés) qui explorent la relation possible entre l’image et les autres arts scéniques (Image/Danse, Image/Théâtre, Image/Musique, Image/Lumière, Vidéo/Cinéma…). La légèreté du duo permet d’allier les exigences d’une recherche pointue avec des rencontres publiques régulières. Ces explorations lui ont permis de travailler avec des artistes aussi divers que Jérôme Noetinger, Will Guthrie, Riojim, Christophe Cardoen, Delphine Dolce, Dominique Lentin. C’est là que s’élabore l’alchimie qui irrigue ses pratiques.
    Performance vidéo. La performance vidéo est l’outil des résidences de recherches et des créations in situ. Elle permet soit de commencer une écriture, soit de proposer une forme unique.
    Créations vidéo pour des pièces chorégraphiques et théâtrales ou des concerts en collaboration avec différents metteurs en scène, chorégraphes, musiciens et collectifs (Camel Zekri, Yann Lheureux, Frédéric Tentelier, Broadway, Pascal Mengelle, Cédric Marchal, Anne-Marie Pascoli,…) Ces créations vidéos (partitions écrites ou composition instantanée) sont l’occasion de se confronter avec l’écriture d’autres artistes.
    Création sonore. A partir du détournement physique du signal vidéo, il développe des outils numériques originaux pour projeter le signal vidéo dans des hauts-parleurs..
    Installations plastiques. En parallèle à son travail scénique, Lionel Palun est régulièrement invité à proposer des installations vidéos et sonores (Condition Publique à Roubaix, Nuit Blanche de Metz, Collectif Brouhaha, ….).
    Ateliers et Interventions pédagogiques. Il conduit régulièrement des ateliers avec différents publics: étudiants des Beaux-Arts, école du spectateur, ecoles primaires (projet Lumix avec l’association Muzzix), centres sociaux, … Il a aussi assuré un travail de mise en scène et d’appréhension de l’image lumière pour l’Opéra de Lyon dans le cadre du projet Kaléïdoscope.
    Création du logiciel In Videre. Outre la maîtrise des outils professionnels de l’imagerie numérique et du multimédia, son travail ainsi que les compétences acquises lors de sa formation universitaire l’ont conduit à développer son propre outil de fabrication et de diffusion d’image, le logiciel In Videre, qui est à la fois une régie vidéo fiable et un instrument original pour l’improvisation et les performances vidéo.

    Spectacles et performances:

    Puzzle, Ivann Cruz, Martin Granger, Olivier Lautem, Lionel Palun, Loïc Reboursière, guitare augmentée, voix & vidéo, 2019-…
    Double Jeu, Sophie Agnel, Lionel Palun, duo piano&vidéo tout public, 2018-…
    Cartographie des oublis, La Barque Théâtre, Frédéric Tentelier,théâtre musical, 2016-…
    Now ∞, Sophie Agnel, Lionel Palun, duo piano&vidéo, 2015-…
    Fast Radio Burst, Patrick Guionnet, Quentin Conrate, Lionel Palun, concert pour postes de radios, 2015-…
    The pipes, the pipes, Donal Dineen, Lionel Palun, Guillermo Carrion, Padraig McGovern, Leonard Barry, Maitiu O Casaide, vidéo, objets et trio de cornemuses , 2015-…
    La Lobaye, Camel Zekri, Lionel Palun, Prosper Kota, Jean-Pierre Mongoa, Orchy Nzaba, une rencontre avec des pygmées centrafricains, 2014-…
    Zzurfreiheit, Julien Bibard, Jean-Philippe Saulou, Lionel Palun, performance cinéma 16 mm, musique & vidéo, 2014…
    Performance Will Guthrie & Lionel Palun, Festival Pépète Lumière, 2014
    Kezn, Barbara Dang, Lionel Palun, Gordon Pym, interprétation de standards de la musique expérimentale, 2014-…
    ViziX, rencontres entre Lionel Palun et plusieurs artistes du Collectif Muzzix, 2013-…
    Performance Lionel Palun, Guillermo Carrion, Donal Dineen, The Art of Music, 2013
    Ryu, Gilles Laval, Yoko Higashi, Lionel Palun & Marc Siffert, installation jouée d’images et de musique hydrophonique, 2012-…
    Performance Etienne Jaumet, Lionel Palun & The 202s, French Cork Film Festival, 2011
    Performance Solar Bears, Lionel Palun & Guillermo Carrion, French Cork Film Festival, 2011
    Embrasure, Cie Zyriab and Co, musique, poésie & image, 2011
    Superflux, Filmbase, Lafoxe, Metalking, 3 trios autour du cinéma, 2010
    Mire, Alice Predour, Djamila Daddi-Addoun & Lionel Palun, orchestre de tables de mixage vidéo, 2010-…
    Du fond de l’abri, trio Xavier Quérel, Jérôme Noetinger & Lionel Palun, musique électroaccoustique, cinéma & vidéo, 2010
    Palundrome, solo de Lionel Palun, image & son, 2009-…
    Rencontre avec le Quatuor Nun, image et voix, 2009
    Minuit Pile, Cie Comme CaMuriel Piqué, pièce chorégraphique, 2009
    Maki, Culture Ailleurs, spectacle ombre, danse, musique improvisée et traditionnelle, 2009-2010
    Manifestement, Cie Yann Lheureux, pièce chorégraphique, 2009-2012
    Gang plank, Broadway & Quatuor Pli, musique pop & expérimentale, 2008
    AOA, Cie Comme CaMuriel Piqué, pièce chorégraphique, 2008
    Supercolor Palunar, duo Jérôme Noetinger & Lionel Palun, musique électroaccoustique & télévisions, 2008-…
    Filmbase, duo Riojim & Lionel Palun, cinéma 16 mm & vidéo, 2008-…
    No one’s land, Cie Yann Lheureux, pièce chorégraphique, 2008-2009
    Lumière obscure, Culture Ailleurs, spectacle ombre, danse, musique improvisée et traditionnelle, 2008
    Materia Prima, La SailliePascal Mengelle, pièce de théâtre, 2008
    RDV sur le palier, Priviet ThéâtreCedric MarchalTristan Dubois, pièce de théâtre, 2007
    Situations régulières, duo Dominique Lentin & Lionel Palun, musique & vidéo, 2007-2008
    Femmes pré-occupées, duo Christophe Serpinet & Lionel Palun, musique & vidéo, 2006
    Oeil de Bitume Chapitres, Théâtre du chuchotementMinou Wosniak, 2005
    Projet D.I., duo Delphine Dolce & Lionel Palun, danse & vidéo, 2004-…
    L’insatiable K, Cie La SailliePascal Mengelle, pièce de théâtre, 2004-2007
    Le roi se meurt et la basse court, Cie Pascoli, pièce chorégraphique, 2004-2008
    Petites résidences dans les lieux du patrimoine, Cie Pascoli, chorégraphie in-situ, 2004-2007
    La terre à boire, Cie du Jour & Cédric Marchal, pièce de théâtre, 2003
    Et Après ?!, Cie Pascoli, pièce chorégraphique, 2002

    Installations :

    Fresque, Artiste associé au projet EU-Japon Festival, 2015-2018
    Réception-Expédition, Carte Blanche du Non Lieu à La Condition Publique de Roubaix, 2014
    Brume3, Installation en collaboration avec Les yeux d’Argos à L’hybride, Lille, 2014
    Pentaptyque Cannibale, Nuit Blanche de Metz, 2013
    Reflets, Experimenta / Héxagone Scène Nationale de Meylan, Grenoble, 2013
    Maquette vidéo d’un quartier utopique, Centre Social La Rivière, St Etienne, 2012
    Supercolor Palunar, installation pour Electrochoc, Les Abattoirs, Bourgoin-Jallieu, 2011
    Projet D.I., installation pour le festival ONPLMV, Villars Reculas, 2010
    Télévision ultra-locale pour Brou Ha Ha 3, installations à la galerie des Terreaux, Lyon, 2005
    Brou Ha Ha 2, installation collective à l’Usine, St Etienne, 2004
    Brou Ha Ha 1, installation collective à la fabrique, Andrézieux-Bouthéon, 2004

    Ateliers :

    CHANTIER NOMADE image vivante, Hexagone de Meylan, 2019
    PREAC théâtre augmenté, Hexagone de Meylan, 2019
    Instrumentarium, 10 instruments d’images et de sons pour une improvisation collective, 2018-…
    Workshop vidéo et son avec les étudiants des Beaux-Arts de Chalon-sur-Saône, 2014
    Lumix coanimé avec des musiciens du Collectif Muzzix, Lille, 2013-…
    Workshop vidéo et musique coanimé avec Jérôme Noetinger, Espace Culture de l’Université Lille 1, 2012
    Studio Vaduz, workshop avec des étudiants plasticiens et comédiens, Beaux-Arts de Grenoble & Conservatoire de Grenoble, 2011
    Superstream, workshop avec le Stream Collective, Mechanics Institute in Brunswick, Melbourne, 2011
    Ecole du spectateur, immersion d’élèves d’écoles primaires dans le dispositif de Projet D.I., Espace 600, 2010
    Ateliers vidéo pour la Cie Mangeurs d’étoiles, Villars de Lans, 2010
    Hybridation, atelier de Projet D.I. avec des adultes handicapés, CAV, APF, AFIPAEIM, 2009-2010
    Animation d’un workshop vidéo, le 102, 2009
    Melissa, mise en scène pour l’Opéra de Lyon dans le cadre du projet Kaléïdoscope, 2008
    Joëlle Colombani & adolescents des centres sociaux La Rivière et Valbenoîte, St Étienne, ateliers théâtre et représentations, 2007-2008
    Silence on tourne, comédie musicale créée avec Théâtre de la Renaissance et les classes de la ville d’Oullins, 2007
    Animation d’atelier pour Les mauvaises herbes, 2007
    Télévision ultra-locale, atelier et installation vidéo avec la Commune de Vif et Minou Wosniak, 2007